PARTAGER


 

Commentaire de Mme Joëlle Mélin

Les conséquences du retrait des États-Unis de l’accord de Paris

Suite au retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat, j’interrogeais la Commission quant aux modalités de financement dudit accord. Or, Malgré le retrait des Etats-Unis et les « conséquences incertaines » de celui-ci, la Commission affirme qu’elle est résolue à ne pas revoir à la baisse le montant de 100 Milliards de dollars prévu pour sa mise en œuvre. L’Union européenne est donc prête à faire peser financièrement le retrait des Etats-Unis d’Amérique sur les Européens et de facto sur les Français qui demeurent des contributeurs nets du budget de l’Union…

 

Question de Mme Joëlle Mélin

Le Président des États-Unis a annoncé ce jeudi 1er Juin 2017 que les États-Unis se retireraient de l’accord de Paris sur le climat, comme il s’y était engagé.

Cet accord conclu en 2015 sous l’égide de l’ONU vise à limiter la hausse des températures mondiales en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

La décision qui accompagne l’accord prévoit que les pays développés consacreront la somme de 100 milliards de dollars (US) par an aux pays en développement à partir de 2020.

Cette somme ayant été fixée en prenant en compte la contribution des États-Unis, le départ de ce pays aura pour conséquence de modifier totalement le financement de l’accord de Paris.

1. Aussi, nous souhaiterions savoir si la Commission européenne, qui a été la première à présenter sa contribution pour l’accord de Paris, souhaite combler le manque à gagner lié au départ des États-Unis quant au financement de l’accord de Paris?

2. Le cas échéant, nous souhaiterions savoir comment sera financé cet engagement supplémentaire?

 

Réponse donnée par M. Arias Cañete au nom de la Commission

Pour atteindre le montant ciblé de 100 milliards de dollars prévu dans le cadre de l’accord de Copenhague de 2010 afin de lutter contre le changement climatique, il faudra faire appel à des sources publiques et privées, bilatérales et multilatérales. L’incidence financière du retrait des États-Unis de l’accord de Paris reste incertaine.

La Commission est fermement résolue à tenir ses engagements. Elle s’emploiera, avec les partenaires concernés tels que les États membres, les pays tiers, les banques multilatérales de développement et d’autres organismes, à mobiliser et à accroître les investissements publics et privés nécessaires pour garantir la réalisation de l’objectif.