PARTAGER

E. Macron : tout et son contraire !

Alors que se tenait le 29 août dernier à Paris, devant 150 ambassadeurs, le premier grand discours de politique internationale d’E. Macron ; ce dernier a fixé comme priorité de son action, la lutte contre le terrorisme islamiste.

Cette énième déclaration d’un responsable politique, faite au lendemain d’un été meurtrier, laisse les français plus que dubitatifs quant à la réalité politique de l’action du Président de la République.

En effet, E. Macron n’est pas avare de contradiction.

Emmanuel Macron déclare prioritaire la stabilisation de la Syrie et l’Iraq ; alors que son prédécesseur, F. Hollande, dont il est son héritier, a tout fait pour tenter de faire tomber le régime syrien, allant même jusqu’à armer des rebelles hostiles dès son élection en 2012.

Emmanuel Macron déclare que le retour de la paix en Libye est une priorité ; alors qu’un de ses plus fervents soutiens durant la campagne présidentielle, Bernard-Henri Levy, est un défenseur de la révolution libyenne entrainant aujourd’hui de dramatiques carnages dans ce pays en proie aux violences exercées par l’État islamique, dont le dernier en date du 23 août n’est autre que la décapitation de onze personnes au sud de Tripoli.

Les Français ne sont pas dupes, seul le Front National propose de réelles solutions pour lutter contre le terrorisme, comme la lutte contre l’immigration, le retour des fichés S dans leur pays, l’expulsion de tous les étrangers en lien avec le fondamentalisme islamique, la fermeture des mosquées extrémistes ou bien encore l’expulsion et l’interdiction de territoire pour tout binational lié à une filière djihadiste.