GRAISSES, SUCRES, VIANDES…. : la mort à table

GRAISSES, SUCRES, VIANDES…. : la mort à table

125
PARTAGER

La viande et notre bon vieux saucisson favoriseraient le cancer.

La vérité oblige à dire que si cancer il y a, c’est dans les cas de surconsommation, de transformation des viandes avec trop de sel, trop de sucre, trop de produits surajoutés comme des nanoparticules, trop d’hormones de croissance, trop d’antibiotiques, trop d’insecticides, d’emballages toxiques.. Etc.

Une fois de plus, on peut incriminer le lobby de la chimie de la nourriture et du médicament : acte un : il est à l’origine des transformations décrites ci dessus, rendant la nourriture « impropre » à une saine consommation, favorisant ainsi la disparition de la nourriture naturelle. Ce qui, acte deux, justifie le dénigrement systématique des substances fondamentales et vitales. Depuis longtemps déjà, les graisses et les sucres sont devenues des bêtes noires, aujourd’hui ce sont les protéines de la viande, demain ce seront des œufs et des poissons puis les fibres des légumes Et tout cela pourquoi ? Pour nous conduire, acte trois, à la nourriture artificielle et les compléments alimentaires : le grand marché de demain. C’est « soleil vert », cette nourriture obligatoire du futur. Si on y ajoute que le même lobby possède l’exclusivité de certaines semences rendues hybrides, on peut aller jusqu’à imaginer qu’il aura ainsi le monopole théorique de la nourriture, et surtout de sa spéculation. Ils seront maîtres de la survie des hommes. Ils choisiront qui vivra bien ou qui vivra à moitié.

Le plus grave dans cette affaire est la complicité de l’OMS, l’organisation mondiale de la santé, si incompétente dans la gestion des grandes épidémies de grippe ou d’Ebola.

Le Docteur Joëlle MELIN, au nom du Front National, s’indigne de cette campagne désinformatrice mais à l’évidence très bien structurée. Elle incite à un retour à la raison, à un refus des diktats pseudo scientistes, à un rejet de la mondialisation des marchés alimentaires : la vie passe plus que jamais par les produits de nos terroirs.

DR J. MELIN
Eurodéputée
En charge des affaires de santé auprès de Marine