PARTAGER

Sylvie Goddyn, Dominique Bilde, Jean-Luc Schaffhauser, Laurenţiu Rebega, Edouard Ferrand, Jean-François Jalkh, Mireille D’Ornano, Philippe Loiseau, Joëlle Mélin, Bernard Monot, Marie-Christine Boutonnet, Nicolas Bay, Mylène Troszczynski, au nom du groupe ENF

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a récemment conclu qu’il existe suffisamment de preuves que les esters d’acides gras de glycidol – contaminants formés lors de la transformation d’huiles végétales raffinées – sont génotoxiques et cancérigènes(1).

Les taux les plus élevés d’esters d’acides gras de glycidol ont été trouvés dans les huiles et les graisses de palme.

Bien que les taux d’esters d’acides gras de glycidol contenus dans les huiles et les graisses de palme aient été réduits de moitié au cours des six dernières années, l’huile de palme reste l’huile la plus présente dans l’alimentation de la plupart des consommateurs et représente donc une menace potentielle pour la santé.

Les huiles de palme importées contribuent directement à la déforestation et à la disparition de certains primates.

Promouvoir la consommation de graisses animales en quantités raisonnables et conformément à la gastronomie européenne pourrait nous aider à vendre une partie du stock excédentaire de notre filière laitière.

Au vu de ce qui précède, comment la Commission compte-t-elle résoudre ce problème, compte tenu des conclusions de l’EFSA susmentionnées?

(1) EFSA, groupe Contam (groupe scientifique sur les contaminants de la chaîne alimentaire), 2016. Esters de MCPD et de glycidol dans les aliments. EFSA Journal, 2016;14(5):4426, 159 p., doi:10.2903/j.efsa.2016.4426.