Tout ça pour ça : la lente destruction de notre système de...

Tout ça pour ça : la lente destruction de notre système de santé par les déficits

274
PARTAGER

Près de 55 ans, oui 55 ans, de dispositifs de structuration de notre système de santé, des 1ères conventions de 1958 à la loi Touraine en préparation, ont fait la preuve de leur gravissime échec. Et les lois de financement de la Sécurité Sociale, mises en place depuis 1996 avec la création de l’ONDAM, l’objectif à ne pas dépasser pour rester dans les prévisions comptables, n’y ont rien changé. Les déficits sont structurels, engendrant par ailleurs des dettes importantes à la caisse d’apurement de la dette sociale, la CADES, et très évidemment une augmentation inévitable à court terme de la CSG et du CRDS. La preuve en fournie par le dernier rapport de la Cour des Comptes sur la SS, dont le Président, D. MIGAUD, nommé par N.SARKOZY, est clairement un bras armé de F. HOLLANDE

Tout cela s’est fait aux dépens de plusieurs générations de cotisants et d’employeurs, qui se sont tous vu spoliés du fruit de leurs cotisations. Puis ils ont cotisé, moins ils ont bénéficié de justes allocations santé, mais aussi famille, retraite, chômage pour lesquelles ils avaient accepté un préfinancement de sécurité

Quant aux acteurs du système de santé, des professionnels de santé aux agents de toutes caisses et mutuelles, ils sont les témoins impuissants et même souvent les victimes, de l’inconséquence des politiques de droite et de gauche, aidés dans leur dessein de destruction par une frange du patronat et les syndicats dits représentatifs.

Mais il est vrai que les 458 milliards de prestations versées en 2014 ne l’ont pas été qu’à ceux qui ont cotisé : combien sont ils ceux qui profitent de la manne sociale, véritable système de subsistance gratuit, sans débourser un euro? Beaucoup trop à l’évidence puisque le système s’effondre !!!

Le Dr Joëlle MELIN, au nom du Front National dénonce avec la plus grande fermeté ces manquements gravissimes à la protection de ceux qui participent loyalement à l’effort national : cela constitue un des plus grands scandales d’Etat des 20 ème et 21éme siècles.

Seules des propositions lucides et simplificatrices de reprise en main globale de notre système de santé permettront de sauver un des biens nationaux les plus précieux.